Dunham : au coeur de la route des vins 

Inspirée d’une des escapades gourmandes de Julie Aubé, Ograndine s’est amusée le week-end dernier à suivre la route des vins de la région de Brome-Missisquoi. Ce n’est peut-être pas Napa Valley, mais vous seriez surpris de constater que cette région regroupe une belle variété de vignobles qui rivalisent d’ingéniosité pour pallier aux rudes hivers et à notre climat particulier pour concocter des vins et autres boissons alcoolisées qui n’ont rien à envier à leurs cousins français ou californiens. Suivez Ograndine sur son parcours vinicole qui met en lumière des produits locaux dont on peut être très fier.

Processed with VSCO with f2 preset

À l’entrée de la ville de Dunham, un panneau proclame haut et fort que « Dunham est le berceau de la viticulture au Québec ». On ne tarde pas à constater en effet que les vignobles abondent dans cette région. Habitués aux classiques vergers, on se surprend à plutôt croiser des champs de vignes à perte de vue.

Processed with VSCO with f2 preset

Processed with VSCO with f2 preset

Premier arrêt au verger Les Pervenches, qui sont justement en pleine cueillette pour les vendanges. Ce vignoble produit trois vins, deux blancs et un rouge, tous biologiques et natures. Ces vins, au contenu très faible en sulfites, sont fabriqués à partir de levures indigènes naturellement présentes sur la vigne.

Processed with VSCO with f2 preset

Processed with VSCO with f2 preset

Le vignoble est tout petit, comparativement à celui du Domaine Côte d’Ardoise, le doyen des vignobles au Québec. Ici, les dégustations et les visites roulent les unes après les autres, et la foule abonde. Un petit traiteur sur place offre des lunchs légers, alors que la visite comprend 9 produits à déguster. Le vignoble se distingue également par son exposition de sculptures qui cohabitent avec les vignes. Un duo sommellerie et art unique en son genre.

Processed with VSCO with f2 preset

Processed with VSCO with f2 preset

Au cours de la dégustation, on apprend que le vignoble compte 18 variétés de cépages, dont 4 vignes nobles et 14 vignes hybrides, plus résistantes à nos hivers québécois. Parmi les produits étoiles du vignoble, notons tout d’abord le riesling, au goût parfumé de pamplemousse, très peu sucré. La vigne qui le compose est toutefois capricieuse et produit peu. C’est donc un produit qu’on ne retrouve que sur les lieux.

Processed with VSCO with f2 preset

Second coup de cœur, le Monarc, une vendange tardive. On aime les arômes de fruits exotiques (poires et ananas) et la fin de bouche légèrement fumée du produit. Bien qu’Ograndine reparte avec une de ces bouteilles, elle tient également à souligner le goût sans pareille du cidre de glace Pomelière, aux arômes de tarte aux pommes et caramel. De quoi mettre des étincelles dans les yeux de la gourmande. Idem pour l’Estafette, un vin fortifié que l’on sert en guise de digestif, un peu comme un brandy, au goût plus costaud de caramel, noix de Grenoble, voire de chocolat!

Processed with VSCO with f2 preset

Ensuite, direction vers le Clos Saragnat, où Christian Barthomeuf a élu domicile. Notez le nom de ce vigneron bien particulier : c’est le créateur du tout premier cidre de glace. C’est à lui que l’on doit ce doux nectar dont on raffole particulièrement au Québec. Il nous offre également un produit d’exception : le vin de paille. Ce vin blanc doux, dont on fait sécher le fruit avant de le presser vers le mois de février, se boit comme un vin de glace. C’est d’ailleurs un coup de cœur de Julie Aubé dans son livre Prenez le champ. Ça vaut le coup de se laisser tenter!

Processed with VSCO with f2 preset

Processed with VSCO with f2 preset

Juste un peu plus loin, on en profite pour faire un arrêt au populaire Domaine Pinnacle, où l’on peut déguster gratuitement tous leurs produits! Bien qu’on les connaisse déjà très bien, difficile de résister à la tentation de savourer ces fameuses boissons.

Processed with VSCO with f2 preset

On débute avec le Verger du Sud, vin blanc au goût frais de pomme, également disponible en version pétillante. Viennent ensuite les cidres de glaces, les fameux tubes bleus reconnaissables entre tous, mais également la récole d’hiver, constituée des pommes cuites par le gel. Idéal pour accompagner le foie gras à Noël. On aime également la belle bouteille rectangulaire du Réserve 1859, un cidre de glace fortifié avec de l’eau de vie, au goût boisé dû au vieillissement de 3 ans du produit en fût de chêne.

Processed with VSCO with f2 preset

Finalement, on termine avec le dessert, ou le « Québec en bouteille » comme ils aiment l’appeler : le coureur des bois. Érable et cidre de glace ne pourraient mieux cohabiter que dans cette bouteille. Également en version crème et whisky, on salive à imaginer un bon bol de crème glacée et fraises, généreusement arrosé de cette boisson savoureuse.

Processed with VSCO with f2 preset

La journée s’achève avant même que l’on ait pu faire le tour de tous les vignobles qui parsèment la route des vins. Certains bien connus, comme l’Orpailleur, Union Libre et Val Caudalies, tout comme de plus petits producteurs, gagnent certainement qu’on s’y attarde lors d’une prochaine virée. Parce qu’il faut être fier de ce que les producteurs d’ici réussissent à concocter malgré toutes les intempéries météorologiques, Ograndine vous invite fortement à aller à leur rencontre et à prendre la route des vins dès que vous en aurez l’occasion. Bonne dégustation!

signature-ograndine-02

Advertisements

Une réflexion sur “Dunham : au coeur de la route des vins 

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s