Savourer Eastman en trois temps

Si vous êtes aussi doué que moi en géographie, vous n’avez probablement aucune espèce d’idée où se trouve la petite ville d’Eastman. Le Mont Orford, ça vous dit quelque chose? Et bien, c’est juste à côté. C’est charmant, pas très grand, et surtout, tellement plus apaisant que Montréal. Un peu de nature et de calme ne fais jamais de tort. Et parce que, peu importe où elle se trouve au Québec ou sur la planète, Ograndine est toujours à la recherche de trouvailles gourmandes, voici ses trois coups de cœur de l’endroit, tous situés sur la même rue, l’artère principale du village.

Les Trois Grâces

Qui dit grâce matinée, dit déjeuner paisible au café bistro Les Trois Grâces. Pour l’ultime expérience nature, on prend son café et ses rôties sur la terrasse à l’arrière, au son de la rivière Missisquoi et des gazouillis d’oiseaux. À s’y prélasser des heures et des heures…

Processed with VSCO with f2 preset

Au déjeuner, la carte est en toute simplicité. Rôties de pain ménage, confiture, creton, fromages. Pour les plats plus consistants, on hésite entre les gaufres maisons sucrées ou l’œuf du jour. Ce matin-là, les œufs bénédictines au jambon et fromage brie sur une épaisse tranche de pain ménage était à l’honneur. Au dîner, vous aurez un peu plus de choix, avec entre autres, le petit pain au homard (lobster roll), plusieurs salades, grilled cheese et club au canard confit.

Processed with VSCO with f2 preset

Le café bistro fait partie des Cafés de village des Cantons-de-l ’Est. Ograndine vous confirme d’ailleurs que leur latte est très respectable. Et les trois grâces, vous vous demandez d’où ça sort? Les trois silhouettes charnues sont en effet bien sympathiques, mais leur légende l’est tout autant. Provenant tout droit de la mythologie grecque, les trois grâces sont en fait des déesses qui personnifient un mode de vie festif : Euphrosyne, l’allégresse et la joie de vivre, Thalie, l’abondance, voire la surabondance, et finalement Aglaé, l’éblouissante splendeur. Joie, abondance et beauté. Une thématique inspirante pour l’esprit d’un café.

La Bicoque

Lorsqu’on met les pieds dans le village d’Eastman, le restaurant La Bicoque est souvent le premier qu’on aperçoit. L’endroit est familial et vous donne l’impression d’aller manger chez une tante ou un cousin épicurien. On vous y reçoit toujours très bien.

Processed with VSCO with c1 preset

Processed with VSCO with f2 preset

L’endroit est idéal pour s’arrêter dîner, après une longue marche sur la piste cyclable, à deux pas de là. Leur soupe du jour est particulièrement réconfortante, et absolument savoureuse. Cette fois-là, la crème de tomate était au menu, simplement renversante. Puis, pour le choix de menu, on y trouve autant le spaghetti traditionnel que des salades gourmandes et originales, ainsi que d’alléchants croque-monsieur.

Processed with VSCO with c1 preset

Processed with VSCO with f2 preset

Actuellement, La Bicoque est fermée pour rénovation. On trépigne d’impatience d’assister à leur réouverture. Leur brunch est, semble-t-il, tout aussi délicieux. Un arrêt à Eastman en vaudra certainement la chandelle quand le temps sera venu.

Les Beignes Dora

Tout village gourmand qui se respecte aura, en plus de quelques restaurants, une boulangerie artisanale. Les Beignes Dora, c’est exactement cela, avec les beignes en prime. Cette toute petite boulangerie ne dérougit pas du matin au soir. Le défi est toujours de s’y trouver une place pour se stationner.

Processed with VSCO with f2 preset

En plus d’une belle gamme de prêt-à-manger (lasagnes, quiches,  pâtés et autres mets préparés sur place), on y trouve bien évidemment une variété de pains, tous meilleurs les uns que les autres.

Processed with VSCO with c1 preset

Pour les dents sucrées, vous aurez l’embarras du choix parmi les gâteaux et tartes plus élaborées. Plusieurs petites gâteries comme les biscuits, les chaussons, les brownies et j’en passe vous tenteront peut-être. Mais ce sont les beignes qui attirent le plus les foules. La douzaine de variété en fait saliver plus d’un, et ce, depuis 1957, ce n’est pas peu dire. Je connais personnellement un de leurs plus fervents amateurs de beignes… nul autre que mon papa, qui ne jure que par leur beigne à la crème.

Processed with VSCO with f2 preset

Processed with VSCO with c1 preset

Leur maxime est tout aussi charmante : « L’abus n’exclut pas l’usage! » Ograndine est en parfait accord avec cette idée. Pourquoi se priver de quelque chose dans l’optique qu’on pourrait en abuser? Abuser des bonnes choses, c’est justement la plaisir gourmand d’Ograndine! 🙂

Processed with VSCO with c1 preset

Signature-Ograndine-03

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s