Sugar Beach

Sugar beach, comme dans sugar shack, à la beach. Vous me suivez? Qu’est-ce qu’on fait avec une plage inutilisée toute enneigée? Ne cherchez pas longtemps. On en profite pour y organiser une cabane à sucre, cela va de soi!

Processed with VSCOcam with c1 preset

Bon, je n’y aurais pas pensé toute seule, mais heureusement, il y a des gens pas mal brillants qui pensent à toutes ces choses-là. La plage Jean-Drapeau se refait une beauté pour le temps des sucres et devient pour un moment « La Cabane chez Jean ». Jean, comme dans Jean-Drapeau.  Jean, aussi comme dans « traditionnellement québécois ». Les associés de cette cabane ont beau avoir des origines russes et serbes, et le chef peut bien avoir des racines portugaises, on ne réinvente pas la roue chez Jean. On reste dans le purement traditionnel. C’est beau la fusion des genres, la poutine inversée et toutes ces innovations culinaires, mais on va se le dire : le cabaneux québécois vient une fois par année manger ses fèves aux lards, ses oreilles de crisse et sa tire sur neige et qu’on le laisse tranquille avec les nouveautés exotiques.

Processed with VSCOcam with c1 preset

Une cabane à sucre réussie se doit de conserver les bonnes vieilles recettes de grands-mères. Oui, bien entendu, chaque cabane aura ses variantes, mais les classiques soupes au pois, jambon, omelettes et petites patates rôties doivent être au rendez-vous, c’est non négociable.

Processed with VSCOcam with c1 preset

Bref, cette année, pour votre repas traditionnel et sucré de l’année, pas besoin de faire des kilomètres pour vous rendre à Mirabel ou au Mont Saint-Grégoire pour satisfaire votre appétit. La Cabane chez Jean est juste assez creux dans le parc Jean-Drapeau pour vous dépayser, sans le voyagement interminable.

Processed with VSCOcam with c1 preset

Ograndine a testé le concept « cabane-urbaine-de-plage » pour vous. Ce soir-là, il a plu à boire debout. Du verglas typiquement québécois. Mais Jean a pensé à tout. Du vin chaud et des bulles pour nous accueillir. Le remède parfait à toute météo pourrie. La salle, décorée à la « carottée », aux planches de bois rond et au feu de foyer, réchauffe parfaitement l’ambiance.

Processed with VSCOcam with c1 preset

Puis vient le temps du premier service, soit les classiques marinades, la salade de chou, les oreilles de crisse et le plateau de creton et rillette. Cette dernière est particulièrement savoureuse, mais  rapidement éclipsée par la soupe au pois. Servie dans un réel seau d’eau d’érable, la soupe bien épaisse a un léger goût fumé. On peine à se retenir de s’en servir une seconde louche.

Processed with VSCOcam with c1 preset

Processed with VSCOcam with c1 preset

Faites maintenant place aux plats de résistance. Omelette soufflée toute en légèreté, un parfait contraste avec les fèves au lard denses et sucrées. Gros coup de cœur pour les saucisses dans le sirop, une coche plus fancy que les saucisses à hot-dog traditionnelles. Un délice!

Processed with VSCOcam with c1 preset

Processed with VSCOcam with c1 preset

Puis le plateau de jambon et patates rissolées au gras de canard viennent clore le bal en beauté. En accompagnement des pommes de terre, une fleurette dijonnaise ajoute un petit je-ne-sais-quoi. À mi-chemin entre la légèreté d’un nuage et la richesse d’une crème fraîche. Et que dire du jambon, qui fond littéralement en bouche.

Processed with VSCOcam with c1 preset

Et parce qu’une cabane à sucre n’en est pas une si le repas ne se termine pas par une bonne dose de sucre, un pouding chômeur et une jolie tarte au sucre vous attendent au détour, au moment où vous détachez justement un bouton de votre pantalon. Surprise! Qui peut résister à une tarte au sucre comme celle-ci? Croquante et moelleuse à la fois. Hyper sucrée comme il se doit. J’en ai savouré chaque bouchée. Et puis j’ai eu mal au cœur, évidemment.

Processed with VSCOcam with c1 preset

J’ai pour dire que toute bonne cabane à sucre vous donnera toutes les misères du monde pour vous rendre jusqu’à la tire à la toute fin du repas. C’est dommage puisque cette sucrerie sur bâton ne revient qu’une fois par année, mais si vous êtes aussi gourmand qu’Ograndine, vous vous ferez toujours avoir aux desserts. BOUM. Rush de sucre. C’est, comme pour tout le reste, une question de tradition.

Processed with VSCOcam with c1 preset

Signature-Ograndine-03

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s