Festin de roi

Ou comment survivre à un festin de roi. C’est la grande question qui se pose à chaque visite dans cette fameuse cabane où le gargantuesque et la démesure sont au menu. Si vous ne l’aviez pas reconnue, il s’agit ici de la Cabane du Pied de Cochon, cabane à sucre ultime, maintenant aussi déclinée en « cabane aux pommes ». Suite à sa 4e visite dans l’endroit mythique de Mirabel, Ograndine a su développer certaines stratégies pour affronter le menu colossal que nous réserve à chaque saison Martin Picard et son équipe. Voici ses tactiques de gourmande aguerrie.

Processed with VSCOcam with c1 preset

Jeûner. Ne surtout pas faire l’erreur de jeûner en prévision du repas 10 services qui vous attend. Plusieurs seront tentés d’user de ce stratagème totalement inefficace! Vous serez tellement affamés que vous aurez perdu tout contrôle. Vous engloutirez le premier mets qu’on vous servira en une moyenne de 2 secondes et demie, et vous serez totalement K.O. dès le 3e service. Vous ne pourrez que pleurer à la vue des décadents desserts que vous ne pourrez même pas goûter sous peine d’explosion intestinale. Croyez-moi, vous ne voulez pas vivre cette déception.

Processed with VSCOcam with c1 preset

Présentation du menu. Ne prenez pas peur lorsque l’on vous expliquera le menu. Ça ressemble souvent à « Vous aurez tout d’abord droit à une pré-entrée, suivie de 6 entrées, un plat principal semblable à une montagne de victuailles, un pré-dessert puis finalement 3 desserts. On vous sert un cocktail? » Ça peut surprendre. Ça peut même en terrifier quelques uns.  Comme n’importe quoi, ça semble bien pire que ce ne l’est. L’idée : ne pas se précipiter sur le premier plat, et encore moins s’en servir une 2e assiette. Ici, les 2e assiettes sont formellement déconseillées si on souhaite se rendre au bout du repas (les desserts je vous rappelle, sont à s’en rouler par terre).

Processed with VSCOcam with c1 preset

Deux-trois bouchées de chaque plat. Voici la règle d’or à ne jamais oublier. Oui, tout est délicieusement bon. On parle du Pied de Cochon quand même. Cette étape nécessite un contrôle digne d’un Jedi. La première fois, on dérape et c’est normal. C’est un art qu’on développe au fil des visites à la cabane. Aussi, le souvenir des maux de ventre de plénitude extrême qui datent de la dernière expérience aident beaucoup à s’imposer des limites. Alors, on goûte à tout, mais on ne lèche jamais son assiette!

Processed with VSCOcam with c1 preset

Abusez des plats à emporter. Voici la clé pour éviter tout dérapage. Vos 2-3 bouchées de gnocchis étaient si divines que vous ne pouvez concevoir qu’elles étaient les seules bouchées que vous mangerez de ce mets? Pas de souci, les plats à emporter ont justement été conçus pour les gourmands de ce monde qui ne peuvent se résigner à manger aussi peu de bouchées. Rapportez tout l’extra que vous souhaiterez à la maison. Vous pourrez revivre ce moment une seconde fois.

Processed with VSCOcam with c1 preset

Gare au foie gras. À chacune de mes visites à la cabane, le foie gras était mis à l’honneur ici et là. C’est le maître des lieux, il n’y a aucun doute. Et il est apprêté à la perfection, à chaque fois. L’année dernière, il avait totalement séduit Ograndine alors qu’il était servi sur une tarte aux pommes. Duo incroyable. Cette fois-ci, servi en étagé de courges, poire et pommes, il ne donnait pas sa place non plus. Étant difficile de résister au fondant du foie gras, il faut s’en méfier. Attention de ne pas vous laisser aveugler par son bon goût. Focus! Deux ou trois bouchées, pas plus.

Processed with VSCOcam with g3 preset

Self-service. La magie des plats servis au centre de la table. Martin Picard a pensé à nos estomacs débutants. Plutôt que de nous servir des assiettes qu’on peinerait à terminer à chaque fois, la bonne vieille méthode « cabane-à-sucre-style » du plat servi au centre de la table est de mise. Petits et gros appétits se servent donc à leur guise. Moins de chance de trop manger.  On ne peut toutefois rien faire pour les gloutons de ce monde. On a les yeux plus grands que le ventre ou on ne les a pas! Le plat principal étant cette fois un immense plateau de viandes de toutes sortes (au diable le cancer!), libre de choisir de toutes les goûter ou bien de miser sur celles qui vous plairont le plus. Objectif : gardez de la place pour le dessert.

Processed with VSCOcam with c1 preset

Bravo! Si vous vous êtes rendu au dessert sain et sauf, vous avez bien suivi les conseils pour passer à travers un festin de roi. Votre récompense ultime : pouvoir vous délecter des desserts qui vous seront servis. Parce qu’ils en valent plus que la peine. Visuellement, ce sont bien souvent de véritables œuvres d’art. Gustativement parlant, c’est un régal. Mais faut-il encore avoir envie de manger rendu là. C’est bien connu, n’importe quoi goûte moins bon avec un arrière-goût d’envie de vomir. Ne gâchez pas ce plaisir. Vous en ressortirez mieux, plus léger, avec l’envie certaine de retenter l’expérience la saison prochaine. Et vous ferez ça comme un chef! Bon festin 😉

Processed with VSCOcam with c1 preset

Signature-Ograndine-01

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s