Chefs omnivores inspirants!

Paris, Londres, Shanghai, Moscou, Istanbul, Rio, Sydney. Sans oublier Montréal. Parce que nos chefs méritent aussi leur place au Omnivore World Tour. Cet événement qui avait lieu du 20 au 24 août à la Société des Arts Technologiques (SAT) réunissait divers soupers et plusieurs démonstrations culinaires. Une occasion inestimable de se régaler et de voir des chefs admirables à l’œuvre. De vrais petits poissons dans l’eau. Omnivores, carnivores, végétariens : tous étaient conviés à ce happening mondial!

Ograndine aurait souhaité faire une omnivore d’elle-même jour et nuit pendant l’événement. 20 chefs/pâtissiers/barman qui révèlent leurs meilleurs secrets à coup de démos culinaires, le tout couronné de soupers festifs? Un beau programme qui donne l’eau à la bouche. Mais à défaut d’y avoir assisté en entier, Ograndine a tout de même pu assister à trois démos du tonnerre! Un bel avant-goût pour une prochaine année. Voici de quoi ouvrir votre appétit d’omnivore.

Processed with VSCOcam with c1 preset

Boucherie à vous rendre bouche bée

La boucherie Lawrence est un MUST de Montréal. Leurs sandwichs préparés sur place sont si frais et délicieux, et pourtant d’une simplicité déconcertante. J’étais donc bien heureuse de voir le premier invité de la journée, nul autre que Marc Cohen, le chef des lieux. Et il n’était pas seul. Une gargantuesque pièce de bœuf l’accompagnait. Pour l’occasion, on aurait pu parler du Carnivore  World Tour.

Processed with VSCOcam with c1 preset

La bête s’est vue déclinée en diverses coupes, sous les habiles mains du chef. Aucun gaspillage n’est permis.

« Every muscle is good for something. » Marc Cohen, chef du Lawrence

Processed with VSCOcam with c1 preset

Short ribs, brisket, pastrami. Une coupe transformée en steak particulièrement tendre, une autre en tartare, une pour concocter un bon stew, puis encore une en viande à burger. Étonnant comment une pièce de viande peut cacher autant de déclinaisons. On voit rapidement que la boucherie est tout un art. Le respect de la bête, l’habileté du couteau et l’amour de la viande transparaissent. Quand le chef mange devant vous un morceau de bœuf cru qu’il vient de tailler, difficile de douter de la fraîcheur du produit!

Processed with VSCOcam with c1 preset

Processed with VSCOcam with c1 preset

Bref, j’aimais le Lawrence. Je n’en suis maintenant que plus amoureuse!

Processed with VSCOcam with c1 preset

Une anguille à l’hôtel

L’Hotel Herman n’est pas un hôtel. Quoi qu’il pourrait le devenir. Le chef des lieux, Marc-Alexandre Mercier, nous raconte que l’idée du nom vient du fait que les propriétaires des lieux avaient peut-être l’intention d’avoir un hôtel relié au restaurant. Alors qui sait, on dormira peut-être un jour à l’Hotel Herman, mais pour l’instant, on y mange, et on y mange même très bien!

Processed with VSCOcam with c1 preset

Ce n’est ni plus ni moins qu’une anguille bien vivante et gigotante que le chef nous réservait pour épater la galerie. Une bête qu’il affectionne particulièrement. Assez pour la tuer avec amour. Première étape : la calmer. Le chef prend cette étape à cœur, question de respect. Et il en va de même pour la mise à mort : d’un coup sec, il coupe la colonne vertébrale. Un spectacle impressionnant.

Processed with VSCOcam with c1 preset

Processed with VSCOcam with c1 preset

Au menu, le foie d’anguille, particulièrement savoureux selon Marc-Alexandre. Des abats de poissons? Les omnivores mangent de tout, non? Le chef pique habilement notre curiosité. En plus du foie, tête fromagée d’anguille et « genre » de soupe tonkinoise terminent en beauté la démo. L’anguille a littéralement volée la vedette.

Processed with VSCOcam with f2 preset

Carte blanche tout en accords

Accords. Il y a le bar à vins dans le Vieux-Montréal, et le bistro dans le Quartier des spectacles. Le chef, Simon Mathys, vous y offre une expérience tout à fait délicieuse. Une carte blanche, qui change à chaque jour, déclinée en 4 à 5 plats salés à découvrir une fois dans l’assiette. Au bistro, les plats vous sont servis tous en même temps, en version partage. Plus convivial, tu meurs. Pour l’expérience complète, on ajoute l’accord vin, bien évidemment.

Processed with VSCOcam with c1 preset

Processed with VSCOcam with c1 preset

L’idée a séduite Ograndine un peu plus à chaque plat préparé devant ses yeux. Si les 5 plats qu’on nous sert sont aussi alléchants que ceux-ci, on se demande comment il est possible de trouver meilleur deal! Les ingrédients utilisés par le chef nous charment à eux seuls. Jaune d’œuf fumé, peau de poulet frite, concombre grillé et huile de peau de concombre, bébé salicorne, crème de féta, fromage au vinaigre, polenta transformée en croustilles de maïs maison. Mais qu’est-ce qu’on attend pour s’acheter des billets de théâtre pour ainsi avoir une bonne raison de souper au Accords avant la représentation? Ograndine est conquise.

Processed with VSCOcam with c1 preset

Processed with VSCOcam with c1 preset

Signature-Ograndine-02

Advertisements

Une réflexion sur “Chefs omnivores inspirants!

  1. Ping : Carte blanche |

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s